Après les criocères du lys, les scarabées japonais…

Scarabée japonais

Depuis le début de la saison de jardinage, je surveille assidument les criocères, ces insectes à carapaces rouges qui grugent mes lys depuis trois ans. J’en suis même rendue à les éliminer un à un en les écrasant entre mes doigts, chose que je ne me serais jamais crue capable de faire.

Comme si je n’en avais pas déjà assez, je suis maintenant aux prises avec des scarabées japonais. Ils dévorent mes merveilleux cannas (dont j’ai attendu impatiemment la floraison), mes hibiscus, mes plants de tomates, de framboises, tralalère. Il paraît qu’ils peuvent anéantir un jardin le temps de le dire. Je le crois. Vous voyez les feuilles trouées de l’hibiscus? Cela vous donne un aperçu des ravages que les scarabées japonais peuvent faire sur les plantes.

Certains jours, je l’avoue, le découragement s’empare de moi. Il semble que mon jardin soit devenu un buffet à volonté pour ces insectes ravageurs. Bon, j’exagère un peu. Seulement, si mon jardin n’est pas encore envahi, c’est que je continue sans relâche d’exercer ma surveillance. Chaque matin, j’attrape un à un les scarabées, et je les noie dans de l’eau savonneuse. Ces gestes, je les répète au moins quatre fois par jour, sachant sur quelles plantes j’ai le plus de chance de trouver les coupables. Mais dès la semaine prochaine, je ne disposerai plus de ce temps. Mes pauvres fleurs ne résisteront pas.

Le pire, c’est qu’il n’est pas possible de s’en débarrasser. Tout au plus peut-on les contrôler.

Vous trouverez sur cette page deux liens, si vous avez envie d’en savoir davantage sur cette plaie que sont les scarabées japonais.

Bouhou…

Hibiscus des marais © sophieluce.com

Pour en savoir davantage sur cette malédiction, cliquez sur ces liens :

Ici Radio-Canada – C’est bien meilleur le matin
Le jardiner paresseux
Agence canadienne d’inspection des aliments

Laisser un commentaire