Tu es tout pour moi…

Bookmark and Share

En tant qu’humains, on est constamment en quête du bonheur. Et qui dit « bonheur », dit souvent « amour ».

C’est la raison pour laquelle on est prêts à prendre les bêtises que l’autre nous susurre à l’oreille pour du cash. Des bêtises comme celle-ci : « Tu es tout pour moi…»

Pour un peu, on pourrait même penser que l’ampleur de l’amour que l’autre nous témoigne serait proportionnelle à l’énormité de la bêtise !

Dites-moi franchement, que choisiriez-vous entre un gars qui vous raconte que vous êtes très importante pour lui, et un autre qui vous chanterait, en grattant sa guitare :

Moi je n’étais rien
Et voilà qu’aujourd’hui
Je suis le gardien
Du sommeil de ses nuits
Je l’aime à mourir
 
Vous pouvez détruire
Tout ce qu’il vous plaira
Elle n’a qu’à ouvrir
L’espace de ses bras
Pour tout reconstruire
Pour tout reconstruire
Je l’aime à mourir

Je parie que Francis Cabrel l’emporterait, parce que lui, il l’a, l’affaire ! Le bozo qui nous raconte que notre présence compte dans sa vie n’a qu’à aller se rhabiller, avec son manque de poésie flagrant : on veut rêver, en couleur et en 3D !

On veut y croire, à l’amour éternel, les filles comme les gars ! On veut rester bien accrochés à l’idée que notre partenaire n’aimera que nous, vingt-quatre heures par jour, trois cent soixante-cinq jours par année, jusqu’à notre dernier souffle ; comme si le fait d’être aimés nous conférait une importance ou une valeur quelconque. Voilà pourquoi en matière d’amour, notamment, les briseurs de rêves sont vite pointés du doigt, et leur discours tenu le plus possible à l’écart : l’amour est un marché très lucratif, ne l’oublions jamais !

Loin de nous, donc, ces diseux de mauvaise aventure qui tentent de nous prévenir des ravages émotifs que peut causer l’entretien d’idées fausses, telles que : « L’amour, c’est de ne jamais avoir à dire qu’on est désolé » (Love Story) ! Honnêtement, trouvez-vous que ça a de l’allure d’attendre l’amour ainsi qu’on l’entend chanter : « J’attendais ton amour, Ton beau ton bel amour, Je l’attendais pour enfin vivre, En donnant à mon tour. J’attendais » ? Pensez-vous que ça courent les rues des histoires comme Le Titanic, Mon fantôme d’amour ou Les pages de notre amour ? Est-ce qu’on est cons, ou si c’est parce qu’on ne veut pas voir ; comme si l’amour constituait le seul refuge contre les injustices de ce monde ?

Il suffirait pourtant de peu pour vivre mieux. À commencer par porter attention aux mots qui ponctuent notre discours et à ceux que nous entendons. Par exemple, « tout et rien » ou « toujours et jamais » ne devraient être utilisés qu’avec parcimonie. Et quand vous les entendez, ils devraient automatiquement déclencher une alarme dans votre esprit. Comment peut-on se faire dire : « Tu es tout pour moi »  sans que le spectre de la dépendance affective ou celui de l’entreprise de manipulation ne vienne nous chicoter un peu ?

Même si on ne mettra probablement jamais en chanson des paroles aussi peu poignantes que « ta présence dans vie compte beaucoup pour moi », ces paroles ont au moins le mérite d’être réalistes donc, en quelque sorte, rassurantes. Parce que dans la réalité, il n’y a pas que l’autre dans mon univers. Ma vie est remplie de personnes et d’activités qui sont tout aussi importantes pour moi. Cela peut être mon travail, mes soirées avec mes chums, gosser le bois dans mon atelier, cuisiner un bon gigot ou raconter une histoire à mon fils…

Dans les relations de couple comme ailleurs, apprenons donc à chasser à grands coups de balai les idées qui ne font pas de sens et qui causent une panoplie d’émotions désagréables, telles la jalousie, l’hostilité, la pitié, la honte, le mépris, la déprime, entre autres. Ça ne coûte rien. Et en agissant de la sorte, c’est certainement à un plus grand bonheur que l’on s’expose.

Prêtons dès aujourd’hui attention aux paroles que nous prononçons et à celles que nous entendons. Moins romantiques, peut-être mais, surtout, moins, euh… malheureux ?

 

0 thoughts on “Tu es tout pour moi…

  1. MIcheline

    Pour ma part l’amour n’est pas dans les paroles de chansons…Il se vit au quotidien.
    Mais l’amour existe vraiment; j’en suis certaine Ça ne fait que 25 ans….mais combien d’années encore? Ça je ne peux pas voir dans le futur…Un jour à la fois….

    Suis-je une chanceuse ou juste une romatique…mais une chose est certaine je sais très bien que je ne suis pas une dépendance affective.

    Je pense que j’ai trouvé mon complément….

    Bye bye

Laisser un commentaire