Fatima Bhutto reçoit le prix de la Romancière

Fatima Bhutto, romancière

Le Magazine littéraire a annoncé, hier, que le jury du prix de la Romancière, présidé par Christophe Ono-dit-Biot, a été décerné à la romancière pakistanaise, Fatima Bhutto, pour Les Lunes de Mir Ali, publié chez Les Escales.

Madame Bhutto a reçu le prix mercredi à l’Hôtel Montalembert, à Paris. Âgée de 32 ans, Fatima Bhutto publie ce premier roman après avoir raconté le destin hors du commun de sa famille dans Le Chant du sabre et du sang, publié chez Buchet-Chastel. Petite-fille de Zulfikar Bhutto, chef d’État démocrate soulevé et exécuté par le général Zia, en 1979, nièce de Benazir Bhutto, qui avait repris le flambeau paternel en devenant deux fois première ministre, morte dans un attentat au Pakistan en 2007 après plusieurs années en exil, et la fille de Mir Murtaza Bhutto, qui fut assassiné – probablement sur l’ordre de sa sœur Benazir – par la police pakistanaise en 1996, à deux pas de chez lui, à Karachi, Fatima Bhutto a choisi l’écriture plutôt que la politique pour rendre compte de la tragédie du sous-continent indien.

Le roman Les Lunes de Mir Ali raconte l’histoire de famille de Mir Ali, ville rebelle dans une région frontalière avec l’Afghanistan, le jour de l’Aïd, fête de la fin du ramadan.

Créé en 2006, le prix de la Romancière distingue le premier roman d’une femme. Il avait été décerné, l’an dernier, à Lise Charles pour son roman La Cattiva, publié aux éditions POL.

Laisser un commentaire