Angoisse, quand tu nous tiens…

Bookmark and Share

On conjuge souvent«angoisse» avec «amour». En d’autres mots, on mesurerait la force de notre amour au degré d’inquiétdue que l’on porte à ceux que l’on aime : plus j’aime une personne, plus je m’inquiète pour elle ! Mon fils prend la route alors qu’il neige, je me ronge les ongles. Ma fille passe son examen d’admission pour l’université, je m’empiffre. Mon chum s’en va à la chasse : et s’il se faisait tirer ? Mon fils est gros, j’ai peur qu’on se moque de lui, qu’il devienne malade, etc. Vous reconnaissez-vous ?

Je vous invite à visionner notre nouvelle capsule Mon enfant est gros et je n’y peux rien ! sur Les Repères de Languirand.

Laisser un commentaire